ƒ Les femmes dans la Résistance | Carnet de vie

Les femmes dans la Résistance

Quelques étoiles dans les ténèbres....


Marianne Cohn (1922 - 1944)

Organisation juive de combat : résistance/sauvetage, France, 1940 - 1945", 
Editions «Autrement», collection Mémoires, n° 85, 2002

Marianne Cohn est née le 17 septembre 1922 à Mannheim (Allemagne). Elle agit dans la Résistance à Grenoble et Annemasse, sous la responsabilité de Simon Lévitte, Toto Giniewski, Georges Schnek, Emmanuel Racine.
Dès 1942, Marianne Cohn est agent de liaison et participe au service des faux papiers à Grenoble. Le MJS, sous la direction de Toto Giniewski, l’envoie à Annemasse pour succéder à Mila Racine (arrêtée et déportée) et s’occuper du passage des enfants en Suisse.
Le 31 mal 1944, alors qu’elle convoie 28 enfants de quatre à quinze ans, le groupe est arrêté par les Allernands et incarcéré à l’hôtel Pax à Annemasse. Georges Loinger et Emmanuel Racine lui proposent de la faire évader avec l’aide de la Résistance locale.
Marianne Cohn refuse, de crainte que les Allemands ne se vengent sur les enfants qui lui ont été confiés. Par l’intermédiaire de Jean Deffaugt, maire d’Annemasse, Georges Loinger et Emmanuel Racine font savoir au commandant allemand que la Résistance l’exécutera si les enfants quittent la ville. [...] Jean Deffaugt obtient dans un premier temps la libération de 17 enfants, puis plus tard celle des derniers.
A quelques heures de la libération de Ia région, dans la nuit du 3 au 4 juillet 1944, des agents de Ia Gestapo venus de Lyon emmènent Marianne Cohn et deux autres prisonnières. Une dizaine de jours plus tard, on retrouve leurs corps mutilés dans un charnier au Iieu-dit La Rape, près de Ville-la-Grand (Haute-Savoie).
[...] Un collège d’Annemasse, une rue de Ville-la-Grand et une école berlinoise d’enfants handicapés portent le nom de Marianne Cohn. Elle nous a laissé un poème bouleversant, "Je trahirai demain". Elle n’a pas parlé. [...]

JE TRAHIRAI DEMAIN PAS AUJOURD'HUI

Je trahirai demain pas aujourd'hui.
Aujourd'hui, arrachez-moi les ongles
Je ne trahirai pas !
Vous ne savez pas le bout de mon courage.
Moi, je sais.
Vous êtes cinq mains dures avec des bagues.
Vous avez aux pieds des chaussures avec des clous.
Je trahirai demain. Pas aujourd'hui,
Demain.
Il faut la nuit pour me résoudre.
Il ne me faut pas moins d'une nuit 
Pour renier, pour abjurer, pour trahir.
Pour renier mes amis,
Pour trahir la vie,
Pour mourir.
Je trahirai demain. Pas aujourd'hui.
La lime est sous le carreau,
La lime n'est pas pour le bourreau,
La lime est pour mon poignet.
Aujourd'hui, je n'ai rien à dire.
Je trahirai demain.


No Response to "Les femmes dans la Résistance"

_______________

S'engager

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Suivre le blog par e-mail

Certains des documents reproduits sur ce site ne bénéficient pas d'autorisation explicite et/ou écrite. Si vous êtes ayant-droit et que vous refusiez la publication de documents sur le site, écrivez un courriel à corsaire66@gmail.com

Ce blog ne contient aucune publicité et n'accepte aucune annonce commerciale. Si vous remarquez un lien brisé ou une erreur, vous pouvez le signaler en envoyant un courriel à Blogger. L'auteur ne peut en garantir l’exhaustivité ou l’absence de modification par un tiers (intrusion, virus).

© 2006-2017 Carnet de vie. Tous droits réservés.