ƒ Albert Jacquard - Mon utopie | Carnet de vie

Albert Jacquard - Mon utopie

A l'occasion de la sortie de son nouveau livre, Albert Jacquard accorde un interview à Madame Figaro, dont voici des extraits :

– Votre constat sur le monde actuel est sombre. Pourtant, à 81 ans, vous croyez tant en l’homme que vous proposez des pistes pour un monde meilleur. D’où vous vient cet espoir ?


Albert Jacquard. – D’une nécessité intérieure. J’ai des enfants et des petits-enfants ; je ne peux pas les abandonner. J’aurais le sentiment de trahir les générations qui viennent, en n’essayant pas de me battre. Contre quoi ? Contre le fait d’avoir bâti une société sur la compétition, ce qui est selon moi une erreur fondamentale. Qu’est-ce qui nous y oblige ? Rien. Nous acceptons de nous soumettre à toutes sortes d’obligations qui sont arbitraires. Puisque être un homme, c’est être capable de choisir son destin, alors allons-y : choisissons.


– D’où, dans votre livre, l’appel à une réforme totale de l’enseignement.

– Avec ses notations, ses concours, ses palmarès, notre système éducatif instaure la soumission, et la course contre les autres. Je prône un enseignement qui serait davantage fondé sur la solidarité : s’apercevoir qu’à plusieurs on fait mieux que tout seul. J’ai été professeur, et toujours refusé de noter mes étudiants. Le « meilleur élève », cela n’a aucun sens pour moi. Tel élève ne fait pas assez d’efforts? On le gronde, mais, pour autant, on ne le classe pas. On est à l’école pour se construire, pas pour dépasser les autres. Il faut laisser tomber les concours, et enseigner plutôt aux jeunes l’art de la rencontre. C’est cet art, difficile, qui peut sauver notre espèce.


– En quoi consiste cet « art de la rencontre » que vous prônez ?

– Notre époque présente la plupart des rencontres comme des occasions de confrontation, de lutte, de palmarès. Or, la seule chose qui compte, c’est l’échange. Aussi, la question décisive pour un être humain ne doit pas être : « Comment tirer profit de ce que j’ai reçu? », mais : « Comment organiser mes rapports avec les autres? » C’est notre regard sur l’autre qui doit être transformé. Il faut cesser de voir en lui un adversaire.


– Ce monde meilleur dont vous rêvez, croyez-vous que chacun est capable de le construire ?

– Il y a la nature et l’aventure. Ma nature, je n’y peux rien : j’ai telle taille, telle couleur de peau. Par contre, mon aventure, d’une certaine façon, je la conduis et je peux l’orienter. Si je deviens un salaud, j’y suis un peu pour quelque chose. Certes, il y a des explications à cela, mais je reste responsable. Ce que je voudrais dire à chacun, c’est qu’il peut devenir celui qu’il choisit d’être. Et que le bonheur des autres compte dans son bonheur à soi.

* « Mon utopie », aux éditions Stock.

4 Response to Albert Jacquard - Mon utopie

_______________

S'engager

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Suivre le blog par e-mail

Certains des documents reproduits sur ce site ne bénéficient pas d'autorisation explicite et/ou écrite. Si vous êtes ayant-droit et que vous refusiez la publication de documents sur le site, écrivez un courriel à corsaire66@gmail.com

Ce blog ne contient aucune publicité et n'accepte aucune annonce commerciale. Si vous remarquez un lien brisé ou une erreur, vous pouvez le signaler en envoyant un courriel à Blogger. L'auteur ne peut en garantir l’exhaustivité ou l’absence de modification par un tiers (intrusion, virus).

© 2006-2017 Carnet de vie. Tous droits réservés.