ƒ L'appel des baleines | Carnet de vie

L'appel des baleines

On peut entendre une multitude de sons dans l’océan et je vous propose d’en savoir un peu plus sur le plus fascinant d’entre eux : le chant de la baleine et plus précisément de la baleine à bosses, spécialiste dans ce domaine

L’extrait sonore que vous pourrez entendre dans le podcast a été pris dans l’archipel d’Hawaï. Là-bas, en hiver, les baleines viennent chercher des eaux clémentes pour mettre au monde leur progéniture pendant que les mâles chantent. Il suffit alors avec un peu de chance d’aller sur une plage et de plonger la tête sous l’eau pour entendre ce chant. Magique non ?

Ce chant reste d’ailleurs très mystérieux. On n’en connait toujours pas le but. Séduction ? Goût pour la musique ? Lien social ? Ca reste encore une énigme pour les scientifiques.

En revanche, on en connait parfaitement la structure sonore particulière. Qualifié par le biologiste marin Philip Clapham de son le plus complexe du règne animal, le chant de la baleine à bosse s’organise comme des poupées russes.

On a donc le chant global qui peut durer jusqu’à 36h d’affilé et chose incroyable : son volume est plus fort que le son d’un avion au décollage.

Ensuite, si on décortique le chant, on peut voir qu’il est constitué de plusieurs thèmes. Ces thèmes sont à leur tour constitués de phrases musicales qui sont elles-même des successions de notes.

On voit donc bien une imbrication comme des poupées russes. Ce chant est parfaitement audible pour l’être humain, vous en avez eu la preuve en début de chronique. C’est ce qui fait dire aux scientifiques qu’il servirait plus à la communication entre individus d’un même groupe de baleines qu’à la localisation dans l’espace comme le sonar des dauphins.

En parlant de groupes, 1 chose fascinante : les chants de baleines vivant dans des zones géographiquement proches sont vraiment similaires et évoluent comme une langue ! De plus au cours de sa vie, le chant d’une baleine va changer au contact de ses congénères. On peut d’ailleurs parler de culture vocale.

On peut conclure en disant que l’océan n’est décidément pas un monde silencieux.

Anh Tuan (Source : PodcastScience)


Autres articles :

rfI -  Des cétacés et des hommes : Les comportements les plus complexes du règne animal
Mai-Online - Nageur-compositeur : les baleines ont leurs propres tubes qui font le tour du monde.





Conte indien


Vers La Cinquième Extase







Au début, le Grand Esprit dormait dans le rien
Son sommeil durait depuis l'Éternité
Et puis soudain 
Nul ne sait pourquoi, dans la nuit il fit un rêve
En lui, gonfla un immense désir
Ce fut le tout premier rêve, la toute première route
Longtemps, la lumière chercha son accomplissement, son extase
Quand finalement elle trouva 
Elle vit que c'était la transparence
Et la transparence régna

Mais voilà qu'à son tour
Ayant exploré tous les jeux de couleurs 
Qu'elle pouvait imaginer
La transparence s'emplit du désir d'autre chose
A son tour elle fit un rêve
Elle qui était si légère, elle rêva d'être lourde
Alors apparut le caillou
Et ce fut le deuxième rêve, la deuxième route
Longtemps, le caillou chercha son extase, son accomplissement
Quand finalement il trouva, il vit que c'était le cristal
Et le cristal régna

Mais à son tour ayant exploré 
Tous les jeux lumineux de ses aiguilles de verres
Le cristal s'emplit du désir d'autre chose qui le dépasserait
A son tour il se mit à rêver
Lui qui était si solennel, si droit, si dur
Il rêva de tendresse, de souplesse et de fragilité
Alors apparut la fleur
Et ce fut le troisième rêve, la troisième route
Longtemps la fleur, ce sexe de parfum 
Chercha son accomplissement, son extase
Quand enfin elle trouva, elle vit que c'était l'arbre
Et l'arbre régna sur le monde

Mais tu connais les arbres
Il n'y a pas plus rêveurs qu'eux
L'arbre, à son tour fit un rêve
Lui qui était si ancré à la terre
Il rêva de la parcourir librement, follement
De vagabonder au travers d'elle
Alors apparut le ver de terre
Et ce fut le quatrième rêve, la quatrième route
Longtemps le ver de terre chercha son accomplissement, son extase
Dans sa quête, il prit tour à tour la forme du porc-épic
Du puma, de l'aigle, du serpent à sonnette

Longtemps, il tâtonna et puis un beau jour
Dans une immense éclaboussure
Au beau milieu de l'océan...
Un être très étrange surgit
En qui toutes les animaux de la terre
Trouvèrent leur accomplissement
Et ils virent que c'était la baleine
Longtemps cette montagne de musique régna sur le monde
Et tout aurait pu peut-être en rester là
Car c'était très beau

Seulement voilà,
Après avoir chanté pendant des lunes et des lunes
La baleine à son tour ne put s'empêcher de s'emplir d'un désir fou
Elle qui vivait fondue dans le monde, rêva de s'en détacher
Alors brusquement, nous sommes apparus, nous les hommes
Car nous sommes le cinquième rêve, la cinquième route
En marche vers le cinquième accomplissement, la cinquième extase
Dans la moindre couleur, toute la lumière est enfouie
Dans tout caillou du bord du chemin, il y a un cristal qui dort
Dans le plus petit brin d'herbe, sommeille un baobab
Et dans tout ver de terre, se cache une baleine
Quant à nous, nous ne sommes pas "le plus bel animal"
Nous sommes le rêve de l'animal
Et ce rêve est encore inaccompli...

Swift Deer, Shaman Navajo


Source : Navajo, Sur la Piste Rouge



No Response to "L'appel des baleines"

_______________

S'engager

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Suivre le blog par e-mail

Certains des documents reproduits sur ce site ne bénéficient pas d'autorisation explicite et/ou écrite. Si vous êtes ayant-droit et que vous refusiez la publication de documents sur le site, écrivez un courriel à corsaire66@gmail.com

Ce blog ne contient aucune publicité et n'accepte aucune annonce commerciale. Si vous remarquez un lien brisé ou une erreur, vous pouvez le signaler en envoyant un courriel à Blogger. L'auteur ne peut en garantir l’exhaustivité ou l’absence de modification par un tiers (intrusion, virus).

© 2006-2017 Carnet de vie. Tous droits réservés.