ƒ La poussière rend heureux | Carnet de vie

La poussière rend heureux

Je vais pouvoir réduire au minimum mes nettoyages de printemps, sans mauvaise conscience: une étude britannique démontre que ma santé mentale a tout à gagner d'une exposition aux bactéries.

PAR GENEVIEVE GRIMM-GOBAT


Roulez-vous dans la poussière ou dans la boue! Les mycobactéries vaccae qui s'y trouvent produisent des effets semblables à ceux des antidépresseurs en stimulant, dans le cerveau, la production de sérotonine, le neurotransmetteur dont le déficit entraîne une humeur dépressive.

Cette information réjouissante arrive de l'Université de Bristol.

Voilà qui montre combien les messages publicitaires sont mensongers. Ils cherchent à nous convaincre que nos intérieurs sont envahis de micro-organismes dangereux que nous devons combattre. En réalité, un équilibre microbien stable et protecteur s'y établit.

A confondre notre maison avec un hôpital, nous malmenons notre santé. C'est paradoxalement l'utilisation des produits de nettoyage qui s'avère dangereux. Aux Etats-Unis, ils sont responsables de près de 10% de toutes les expositions toxiques comptabilisées. Les plus intensément et immédiatement redoutables sont les nettoyants de four et de cuvettes de WC.

On savait depuis quelque temps déjà qu'un intérieur trop aseptisé jouait de sales tours à notre système immunitaire, les scientifiques parlent d'«hypothèse hygiéniste». Ainsi, les enfants des pays occidentaux aux habitudes d'hygiène exacerbées sont de plus en plus sujets à l'asthme, au rhume des foins, à l'eczéma et ainsi qu'à des maladies auto-immunes comme le diabète, les maladies inflammatoires de l'intestin ou encore de la thyroïde.

L'explication? Sans expositions répétées à des bactéries, le système immunitaire a davantage de chance de considérer les cellules de son propre corps comme des agresseurs et de les attaquer.

Avec cette étude britannique, l'«hypothèse hygiéniste» vient de faire un pas en avant en affirmant que l'exposition aux microbes est également associée à une bonne santé mentale. C'est après que des patients cancéreux traités par des mycobactéries vaccae ont fait part d'une amélioration de leur qualité de vie qu'est né l'intérêt pour un projet de recherche.

Des souris soumises à des injections ou des inhalations de mycobactéries vaccae, proches de celles de la tuberculose, sont venues confirmer le postulat envisagé par le docteur Chris Lowry et douze chercheurs en neuroscience de l'Université de Bristol et de l'University College London (UCL). Le microbe a effectivement activé le cerveau des animaux. Des analyses du sang ont révélé un niveau de sérotonine augmenté.

«Notre étude permet de mieux comprendre comment le corps communique avec le cerveau et comment un système immunitaire en santé est important pour maintenir une bonne santé non seulement physique mais mentale également», commente Chris Lowry.

«Elle nous pousse également à nous demander si nous ne devrions pas passer plus de temps dans la poussière et dans la boue», poursuit-il (l'étude a paru dans la revue «Neuroscience»).

Comme on dit, tout est là pour faire de nous des vivants heureux, la plus infime créature de la Nature y contribue, une simple bactérie est là pour notre bonheur !

1 Response to La poussière rend heureux

_______________

S'engager

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Suivre le blog par e-mail

Certains des documents reproduits sur ce site ne bénéficient pas d'autorisation explicite et/ou écrite. Si vous êtes ayant-droit et que vous refusiez la publication de documents sur le site, écrivez un courriel à corsaire66@gmail.com

Ce blog ne contient aucune publicité et n'accepte aucune annonce commerciale. Si vous remarquez un lien brisé ou une erreur, vous pouvez le signaler en envoyant un courriel à Blogger. L'auteur ne peut en garantir l’exhaustivité ou l’absence de modification par un tiers (intrusion, virus).

© 2006-2017 Carnet de vie. Tous droits réservés.