ƒ Joyce McDougall, Éros aux mille visages | Carnet de vie

Joyce McDougall, Éros aux mille visages

"Dans son dernier ouvrage, Joyce McDougall nous montre une fois encore -et avec quelle habileté!- que le psychanalyste peut élaborer ses hypothèses théoriques à partir d'une expérience clinique sincèrement décrite. Mais on voit notre amie s'engager davantage dans cette direction. Elle est en effet conduite à tenter d'interpréter un rêve personnel à consonance homosexuelle survenu après un rêve de même aspect chez sa patiente. Pour son compte l'analyste venait précisément de vivre une scène où son compagnon lui reprochait un fait exact, à savoir de l'avoir abandonné le soir, précisément au moment où elle réalisait qu'aucune de ses deux analyses, conduites l'une et l'autre par des collègues du sexe masculin, ne l'avait exposée à ce type de matériel. Elle décida donc de travailler sur ce problème qui la maintint éveillée toute la nuit.



Joyce Mc Dougall, grâce à l'analyse de ce rêve, consacré au fait que sa mère aurait été jalouse d'elle, va comprendre qu'elle eût surtout voulu que son père la préférât à sa mère. Une telle conclusion qui témoignait que toute contre-identification à sa patiente pouvait être niée, n'apaisa pas l'analyste qui dut finalement conclure que, comme cette dernière, elle ressentait qu'elle enviait en fait les relations de sa patiente avec sa mère. Cette dernière faisait l'objet des fantasmes masturbatoires de sa patiente; c'est du moins ce que nous apprenons : son analyste lui demanda si cette hypothèse était valable, ce qu'elle confirma, non seulement par son acquiescement, mais aussi par l'afflux de matériel dans ce sens.

Mais nous apprenons aussi que cette interprétation fut rendue possible grâce à la contre-identification de la psychanalyste à la mère de cette patiente, ce qui permit à Joyce McDougall de comprendre son silence avec cette patiente comme l'attente qu'elle puisse devenir aussi le "trésor érotique" de son analyste. "Mais de mon côté, je dus prendre conscience de ma tendance contre-transférentielle à l'investir, elle aussi, en tant que "trésor libidinal", dans la mesure où ses séances me poussaient à écrire beaucoup autour de sa problématique et surtout à consigner ce que notre voyage analytique m'enseignait de précieux pour la compréhension, non seulement de ma fonction analytique, mais aussi de ma sexualité féminine dans ses couches les plus profondes"(p.53).


Une des conclusions de cette lecture est de nous ramener au chapitre précédent de ce livre. On y lit comment les difficultés éprouvées par un patient au cours d'un traitement l'amènent à réfléchir, voire à consigner ses réflexions par écrit, ce qui ne diminue pas l'importance des réalités contre-transférentielles et des découvertes à quoi elles mènent. Dans le cas présent, il s'agit de l'importance de l'homosexualité dans les composantes de la sexualité féminine.


C'est là une question sur laquelle Joyce McDougall brosse un excellent tableau de la littérature analytique, complété par ses vues personnelles à propos de l'homosexualité féminine primaire et de l'étude de la théorie de la libido homosexuelle. Elle la considère comme inscrite dans une constellation :

Elle sert d'abord à affermir l'image narcissique de la femme.
Si la jeune fille peut renoncer à son désir d'être du sexe masculin, cela renforcera sa capacité à bénéficier de bonnes relations amoureuses. La relation de la mère avec ses enfants est chargée d'investissements homosexuels. Les activités artistiques et créatrices seront très investies.
Enfin désexualisé, cet investissement homosexuel est une source essentielle de réalisations affectives chaudes et riches.
C'est aussi sur la base d'un exemple clinique que Joyce McDougall nous propose un débat fondamental sur la sexualité et la créativité : nous y reviendrons.


Mais il faut souligner la richesse des exemples qui lui permettent de discuter : de la psychosomatique à partir de ses travaux sur la sexualité archaïque ; des organisations néo-sexuelles, celles qu'elle regrette de voir désignées sous le nom de perverses et où elle se réjouit de la possibilité d'accepter la bisexualité. Elle y oppose les néo-besoins à propos desquels elle oublie, je le crains, de citer Michel Fain."


Pr Serge Lebovici


Éditions Gallimard, 1996. Préface.

No Response to "Joyce McDougall, Éros aux mille visages"

_______________

S'engager

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Suivre le blog par e-mail

Certains des documents reproduits sur ce site ne bénéficient pas d'autorisation explicite et/ou écrite. Si vous êtes ayant-droit et que vous refusiez la publication de documents sur le site, écrivez un courriel à corsaire66@gmail.com

Ce blog ne contient aucune publicité et n'accepte aucune annonce commerciale. Si vous remarquez un lien brisé ou une erreur, vous pouvez le signaler en envoyant un courriel à Blogger. L'auteur ne peut en garantir l’exhaustivité ou l’absence de modification par un tiers (intrusion, virus).

© 2006-2017 Carnet de vie. Tous droits réservés.